DANS LA MÊME RUBRIQUE

L’universalité des émotions en question
L’engagement en éducation relative à l’environnement : une triple responsabilité associative ?
Les professionnel.le.s de l’ErE : militant.e.s, activistes, ou en militance ? Quel mot choisir pour qualifier notre engagement ?
Les anxiétés écologiques :
une déconstruction nécessaire pour l’action citoyenne en faveur de l’environnement
Émotions : une notion polymorphe qui interroge les postures éducatives




Peurs de la nature et ruptures sociales : quelles relations ?
Vers une convergence des thématiques et des luttes environnementales et sociales

Une analyse de Kim Tondeur - 2018


Si l’importance d’un phénomène se mesure au nombre de mots qui existent pour le décliner, alors la peur occupe sans nul doute une place fondamentale dans notre société. La trouille, la crainte, la frousse, l’effroi, la pétoche, la panique, la terreur, la hantise, la frayeur, l’inquiétude, l’épouvante, le frisson, l’horreur, la couardise, les chocottes et la poltronnerie, en voilà un attirail de variations pour une même émotion. Et je suis sûr que vous en connaissez d’autres...

Thématiques
- Émotions (peur)
- Identité
- Intersectionnalité

Pour entamer la réflexion
- Quel lien puis-je deviner entre peur de la nature et peur de l’inconnu ?
- La peur est-elle nécessairement une émotion négative ?

Télécharger l’analyse

PDF - 322 ko
Peurs de la nature et ruptures sociales







Forum de l'article