DANS LA MÊME RUBRIQUE

Se soucier du bien-être animal : oui, mais jusqu’à quel point ?
Accompagner la construction de l’être au monde dans sa relation à l’environnement :
quelles approches pédagogiques du sensible pour favoriser les comportements écocitoyens ?
Végétariens, végétaliens ou vegans : même combat ?
La jeunesse se bouge les fesses et remet du débat dans la cité !
Les jeunes pour le climat.
Vers un renouveau politique ?
Émotions : une notion polymorphe qui interroge les postures éducatives
L’universalité des émotions en question
Peurs de la nature et ruptures sociales : quelles relations ?
Vers une convergence des thématiques et des luttes environnementales et sociales
Les anxiétés écologiques :
une déconstruction nécessaire pour l’action citoyenne en faveur de l’environnement
(Se) raconter pour (se) transformer :
le théâtre-action au service de l’éducation relative à l’environnement
Les émotions et le conte au service d’une transformation écosociale ?
Une interview avec Marie Bylyna
Susciter dès le plus jeune âge un engagement en faveur de la nature : une affaire d’émotions, de pratiques et de postures pédagogiques. Une interview avec Sarah Wauquiez
Les professionnel.le.s de l’ErE : militant.e.s, activistes, ou en militance ? Quel mot choisir pour qualifier notre engagement ?
L’engagement en éducation relative à l’environnement : une triple responsabilité associative ?
Trois pistes de solutions pour retrouver la force régulatrice de la société civile et limiter la catastrophe environnementale
Interview avec Majo Hansotte
L’émancipation individuelle et collective : quelle signification lui donner en formation d’adultes dans le secteur de l’ErE ?
Déconstruire le mythe du sauvage : une attention éthique nécessaire en ErE
Se préparer au retour des grands carnivores en Europe : en quoi l’ErE est-elle concernée ?
Quels sont les enjeux sociétaux des incivilités environnementales ?
La prévention de l’incivilité environnementale : quels enjeux éducatifs pour le secteur socioculturel ?
L’ère du plastique : Histoire et enjeux d’un matériau emblématique des sociétés industrielles avancées




L’ErE en milieu populaire questionne les limites d’un plaidoyer pour davantage de nature sauvage en ville

Une analyse de Christine Partoune - Décembre 2018


Dans le secteur de l’Éducation relative à l’Environnement (ErE) comme de la petite enfance, les arguments pour plus de nature en ville et un contact fréquent des enfants avec la nature font sans doute consensus. Mais sont-ils pour autant partagés ? Dans les villes où une gestion écologique des espaces verts a été mise en place, les études montrent que l’acceptabilité sociale de la nature sauvage ne va pas de soi. Souvent portée par des groupes socioculturels bien définis, la promotion de coins de nature en ville peut au contraire rencontrer des résistances. Pour que le développement des activités d’éducation relative à l’environnement ne génère pas une nouvelle forme de ségrégation sociale, il importe donc de se questionner sur les meilleurs chemins à prendre pour viser une société inclusive autour de et par la nature.

Thématiques
- Milieux urbains
- Nature sauvage
- Domination culturelle
- Posture éducative

Pour prolonger la réflexion
- Quels facteurs socioculturels favorisent une relation positive à la nature sauvage ?
- Quels processus de participation citoyenne imaginer pour accompagner l’aménagement d’espaces verts en ville ?

Télécharger l’analyse

PDF - 186.3 ko
L ErE en milieu populaire






Forum de l'article