DANS LA MÊME RUBRIQUE

La jeunesse se bouge les fesses et remet du débat dans la cité !
Les jeunes pour le climat.
Vers un renouveau politique ?
Émotions : une notion polymorphe qui interroge les postures éducatives
L’universalité des émotions en question
Peurs de la nature et ruptures sociales : quelles relations ?
Vers une convergence des thématiques et des luttes environnementales et sociales
Les anxiétés écologiques :
une déconstruction nécessaire pour l’action citoyenne en faveur de l’environnement
(Se) raconter pour (se) transformer :
le théâtre-action au service de l’éducation relative à l’environnement
Les émotions et le conte au service d’une transformation écosociale ?
Une interview avec Marie Bylyna
Susciter dès le plus jeune âge un engagement en faveur de la nature : une affaire d’émotions, de pratiques et de postures pédagogiques. Une interview avec Sarah Wauquiez
Les professionnel.le.s de l’ErE : militant.e.s, activistes, ou en militance ? Quel mot choisir pour qualifier notre engagement ?
L’engagement en éducation relative à l’environnement : une triple responsabilité associative ?
L’émancipation individuelle et collective : quelle signification lui donner en formation d’adultes dans le secteur de l’ErE ?
L’ErE en milieu populaire questionne les limites d’un plaidoyer pour davantage de nature sauvage en ville
Déconstruire le mythe du sauvage : une attention éthique nécessaire en ErE
Se préparer au retour des grands carnivores en Europe : en quoi l’ErE est-elle concernée ?
Quels sont les enjeux sociétaux des incivilités environnementales ?
La prévention de l’incivilité environnementale : quels enjeux éducatifs pour le secteur socioculturel ?
L’ère du plastique : Histoire et enjeux d’un matériau emblématique des sociétés industrielles avancées




Trois pistes de solutions pour retrouver la force régulatrice de la société civile et limiter la catastrophe environnementale
Interview avec Majo Hansotte

Une analyse de Kim Tondeur – Décembre 2018


Le dimanche 2 décembre 2018, nous étions près de 75000 dans les rues de Bruxelles pour réclamer de nos représentants une politique climatique plus ambitieuse. Bien au-delà des 25000 personnes annoncées, le succès de cette marche largement suivie par les associations environnementales était à la fois rassurant et sans ambiguïté. Dès le lendemain, la COP 24 à Katowice enterrait tous les espoirs soulevés la veille. Non seulement notre premier ministre Charles Michel n’y était pas présent, comme de nombreux chefs d’états, mais la Belgique s’y faisait remarquer pour avoir torpillé une proposition des états membres en faveur de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Comment comprendre que 75000 voix en faveur du climat ne soient pas entendues ? Aujourd’hui, les luttes environnementales en Belgique peinent à avoir un impact fort. Quel pourrait être le rôle de l’éducation permanente et des associations d’Éducation relative à l’Environnement (ErE) pour sortir de cette nasse et répondre à l’urgence bien réelle ?

Thématiques
- Contre-pouvoir
- Violences écologiques
- Transmissions narratives
- Écologie radicale

Pour prolonger la réflexion
- Suis-je victime de violences et injustices écologiques ?
- La société civile est-elle toujours en mesure de jouer son rôle de contre-pouvoir en Belgique ?

Télécharger l’analyse

PDF - 228.8 ko
Trois pistes de solution pour retrouver la froce régulatrice de la société civile et limiter la catastrophe environnementale






Forum de l'article