COLLOQUE 2020




Voir détails


NOS PROCHAINES FORMATIONS



Investir l’espace extérieur avec les tout-petits

Deux journées de formation

Les 18 et 19 août 2020, à Modave

Voir détails



Techniques d’animation
en Éducation relative à l’Environnement

Quatre journées de formation

Du 21 au 24 septembre 2020, à Grivegnée

Voir détails



Initiation à l’art du conte

Trois journées de formation

Les 1, 2 et 9 octobre 2020, à Liège

Voir détails



Les jeunes face à la crise écologique

Deux journées de formation

Les 13 et 14 octobre 2020, à Liège

Voir détails



Laboratoire d’écriture de récits inspirants pour le changement

Quatre journées et trois soirées

Les 9/10, 22/10, 23/10, 19/11, 20/11, 10/12 et 11/12 2020, à Liège

Voir détails



Les photolangages

Une journée de formation

Le 20 octobre 2020, à Namur

Voir détails



Accompagner les jeunes dans leurs engagements pour le climat

Une journée de formation

Le 9 novembre 2020, à Liège

Voir détails



La place des émotions dans les actions éducatives

Deux jours de formation

Les 16 et 17 novembre 2020, à Liège

Voir détails



Consultez notre programme complet ici.


NOUVELLES ANALYSES



Faire du ralentissement un droit pour tou·tes


Le confinement a été une réalité très contrastée et nous n’avons certainement pas tou·tes bénéficié de plus de temps. Les répondant·es à l’enquête sont cependant nombreux·ses à avoir pu expérimenter un autre rapport au temps, ne fût-ce que partiellement. Les formulations sont variées : est valorisé le fait d’avoir eu « un rythme de vie moins stressant », du « temps qui ne soit pas morcelé », « plus de temps de qualité en famille », « une vie moins sur le qui-vive », « une vie au ralenti », « du temps pour soi », « un rapport au temps plus apaisé », etc. Cette expérimentation d’un rapport au temps différent, n’est pas qu’une réalité individuelle, dans une partie des collectifs et des associations, on a vu se libérer du temps pour le stratégique et les réflexions de fond. Pour certain·es, ça a été l’occasion de lever momentanément le nez de l’opérationnel urgent et prendre du « recul par rapport à nos actions professionnelles ».

JPEG - 18.5 ko


Le récit d’anticipation environnemental pour de nouveaux imaginaires politiques


Tout confiné qu’il soit, mon imaginaire est comme une fourmi géante de l’espace qui tente d’attraper avec ses mandibules les bribes d’une nouvelle histoire, de celle qui pourra s’écrire quand nous pourrons à nouveau nous entasser les uns sur les autres ! Des récits postapocalyptiques, de science-fiction, d’anticipation, post-effondrement, post-pandémie sont extirpés des bibliothèques et des filmothèques pour nourrir nos esprits affamés et nous aider à penser l’après. Les mots du Centr’ERE sur la nécessité de « stimuler de nouveaux imaginaires politiques » me parlent particulièrement en ces jours étranges où des récits éloignés de mon quotidien sonnent plus juste à mes oreilles que les récits que nos politicien·nes étalent dans les médias.

JPEG - 15.1 ko
© Le château dans le ciel, 1986, studio Gibli


ÉTUDES



De l’écocivisme à l’écocitoyenneté.
Dans quelles conditions l’écologie individuelle est-elle émancipatrice ?


Les démarches d’écologie qui mettent l’accent sur la transformation des modes de vie, le désencombrement, la vie simple sont souvent accusées d’être individualistes, démobilisatrices et désengagées. Les écocivistes, partisan·nes de la simplicité volontaire et praticien·nes du zéro déchet sont perçu·es par de nombreux analystes sociaux et par de nombreux·ses militant·es comme suspect·es en raison de leur insistance sur les aspects individuels du mode de vie qu’iels prônent. Leur démarche est considérée comme un repli individualiste vidant le véritable engagement politique de sa substance. En revanche, les partisan·es de l’écologie individuelle et la littérature qui soutient le zéro déchet mettent en avant la solidarité dont iels font preuve en modifiant totalement leurs choix de vie pour répondre aux enjeux collectifs actuels.

PNG - 46.4 ko

© illustration : Guillaume Defer


Dehors, j’apprends


Aller au contact de la nature, de la cité, et de leurs habitants dans la réalité tangible, est une expérience vitale pour le développement de l’enfant, que ce soit en famille ou à l’école. Connaitre par l’expérience concrète, affiner ses capacités de perception, cultiver sa curiosité, développer sa sensibilité et son attachement à l’égard de son milieu de vie, évaluer la qualité de l’environnement et contribuer à son amélioration s’apprennent mieux sur le terrain plutôt que via un tableau interactif.

Etude


OUTILS


repères pédagogiques
Les repères pédagogiques présentés dans ce recueil correspondent aux fondements de l’éducation relative à l’environnement abordés dans les modules d’initiation à l’écopédagogie proposés par notre association. Ce dossier pédagogique s’adresse aux animateurs, enseignants, formateurs qui souhaitent développer des activités d’éducation relative à l’environnement ou qui ont déjà une pratique en la matière.


Constitué de deux volets – pratique et théorique – ce dossier pédagogique s’adresse à des animateurs ou à des enseignants en éducation relative à l’environnement qui souhaitent sensibiliser un public d’adolescents. Il vise tout particulièrement à l’acquisition par les jeunes d’une manière d’analyser une problématique environnementale, que l’on qualifie d’approche systémique. Les problématiques choisies pour constituer ce dossier caractérisent ce qui se passe actuellement dans les parcs nationaux marocains : dégradation des forêts indigènes, prolifération des déchets, désertification.





Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Wallonie





Pour recevoir notre newsletter




Forum de l'article