DANS LA MÊME RUBRIQUE

Cartes postales emblématiques des paysages du territoire
Diagnostic partagé du territoire sur le terrain
Imaginer le paysage originel
La description de paysage
Le paysage d’où je viens
Rétrospective et prospective
Un modèle pédagogique global pour une approche du paysage fondée sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC)




Paysage modelé


A la demande : formation à l’utilisation de cet outil (groupes de 5 à 15 personnes)
Renseignements : info@institut-eco-pedagogie.be


Table des matières

Contexte
Intentions
Déroulement
Formes d’intelligence
Observations

Contexte

Cette activité a été conçue en 2002, lors des "Tournées du paysage" organisées par l’IEP. Elle a pour but de faire accéder un public non averti à l’histoire géologique du paysage.

Intentions

Sur le plan de l’ancrage territorial : mise en relation avec l’histoire de l’ossature du paysage, des structures originelles de la région.

D’une manière plus générale, l’objectif est que les participants puissent ressentir et penser chaque paysage comme le fruit, pour partie, de l’immense labeur des éléments de la nature, qui lui ont donné de multiples visages.

Choix du lieu

Dans la mesure du possible, l’activité a lieu sur le terrain, en un endroit soigneusement choisi :
- ll faut pouvoir s’asseoir en cercle de manière confortable, sans être perturbé par aucune circulation ni aucun bruit.
- Le paysage environnant doit être en lien direct avec l’activité : par exemples, parce qu’il offre à proximité une vue panoramique intéressante sur les reliefs, ou que l’on peut observer de près des bâtiments anciens construits avec des matériaux de la région, ou encore parce que le lieu est dans une ancienne carrière ou sur ses abords.

JPEG - 134.3 ko
Récit de l’histoire géologique du Condroz, dans une ancienne carrière.
Photo : C. Partoune. Module "Ancrage territorial" - IEP 2009.

Déroulement

- 1. Fabrication par chacun d’un bloc diagramme en aveugle en interprétant par le geste et la " mise à la pâte " le contenu d’une narration retraçant les différentes époques de sédimentation, de plissement et d’érosion des roches aboutissant au paysage d’aujourd’hui.

JPEG - 213.7 ko
Les yeux bandés, les doigts sentent plus finement les matériaux.
Photo : C. Partoune. Module "Ancrage territorial", IEP 2009.

Matériel : bandeaux, planchettes en bois, ficelle, quatre types de matériaux avec un liant : cailloux roulés/anguleux, sable, craie (calcaire) - argile. Chacun dispose de mottes de chaque sorte, qu’il ne voit qu’à la fin de l’activité.

JPEG - 146.3 ko
Reconstitution de l’histoire géologique du paysage
Photo : C. Partoune. Module "Ancrage territorial", IEP 2009.

Les participants sont assis en tailleur, des bandeaux noués sur les yeux. Un plateau est placé devant chacun. L’équipe de formation y dépose, sur ses bords, quatre mottes pâteuses de composition différente.

Un préambule lu à haute voix annonce que le texte à venir est constitué d’une alternance de brefs récits à écouter et d’actions à entreprendre.

Fragments du récit, composé par Gabriel de Potter :

“Vous pouvez poser vos mains sur vos genoux et bien les y laisser ! Nous plaçons devant vous quelques objets. Pour l’heure, ne les touchez pas… Rapidement, voici les éléments du décor de notre histoire : L’univers serait vieux de 20 milliards d’années. La Terre apparut il y a 4,55 milliards d’années (…) jusqu’à aboutir à une surface refroidie.

Soulevez les mains, étendez les devant vous, l’une à côté de l’autre et laissez-les lentement descendre jusqu’au centre de votre plateau. Vous sentez ? Il est froid, tiède tout au plus... On ne vous avait pas menti : c’est du magma refroidi. C’est la lithosphère primitive.

Bientôt, quelque chose d’essentiel va apparaître. Issue de gaz venant du cœur de la Terre ou de l’impact de comètes, c’est la naissance de l’eau. Les parties creuses de la croûte terrestre se couvrent progressivement d’océans. D’ailleurs, en voilà un qui arrive. Il se rapproche de votre petite croûte de magma. Il vient du bout du plateau vers vous. L’eau se rapproche de vos mains, les encercle. Froide ? Tiède ? Choisissez vous-mêmes car personne ne le sait. Arrivée à hauteur des poignets, la mer stoppe sa progression. Vos mains sont donc dans l’eau, proches du rivage. Plus loin, les fonds marins. Plus près, le rivage. Un fleuve qui entre en contact avec la mer, c’est une collision ! La vitesse de l’eau chute brutalement. Les débris jusque-là transportés, tombent au fond de la mer.

Il est temps maintenant d’aller à leur rencontre ! Déplacez vos mains sur les côtés de votre “ petite croûte ”, de votre plateau. Vous entrez en contact avec ces matières qui se déposent au fond des mers. On les appelle des sédiments. En voici de quatre natures différentes. Découvrez-les. Palpez-les. Il s’agit à chaque fois de pâtes humides. Mais y sentez-vous les différences de grains ? Ce sont quatre matériaux naturels bien connus.

Choisissez le sable. Prenez-en une partie, pas trop petite. Formez-en une couche, aplanissez-la sur la lithosphère. (…) Vous voilà avec deux couches de sédiments relativement proches, voire partiellement superposées. On disait qu’elles avaient à peu près 1m d’épaisseur. Le temps très approximatif qu’il a fallu pour obtenir de telles couches est de l’ordre de 500 000 ans. Mais… avançons ! Recouvrez les sédiments déjà en place en partie avec une nouvelle couche de sable et en partie avec une nouvelle couche d’argile. Cette écorce terrestre sur laquelle s’accumulent progressivement des couches de sédiments n’est pas stable. Elle dérive lentement autour du bloc terrestre, à la vitesse moyenne de 2 cm par an. Nous sommes pour l’instant non loin de l’équateur. Le Sud du pays baigne dans un océan aux rivages tièdes et transparents.

Au Sud de votre plateau, déposez le sédiment qui évoque la vie des coraux, les coquillages, une boue calcaire… Une partie de ces différents matériaux peuvent se recouvrir.

Non loin de votre petite croûte, un événement terrible se prépare, inexorable. (…) Deux d’entre eux entrent en collision. Exercez cette pression sur votre petite croûte terrestre dans un axe Nord/Sud. Retenez d’une main par le Nord, poussez avec l’autre main par le Sud. Allez-y fort ! Vous obtenez un paysage fortement montagneux.

Erodez maintenant le relief en creusant votre paysage avec vos doigts et vos ongles jusqu’à sentir (…).

La mer, une mer, une nouvelle mer est à nouveau là. Soyez les sédiments : remettez ici du sable, là de l’argile, là encore des débris calcaires, à l’Ouest, à l’Est, au Sud, au Nord. Ne vous préoccupez pas de l’endroit exact. C’est impossible. Nous sommes en train de passer des millions d’années en accéléré !

Mais un nouveau grand événement se prépare, pratiquement le dernier de cette histoire.(…) Vous allez être cette force venant du Sud : Plissez le relief existant : poing contre poing. Axe Nord/Sud comme tout à l’heure. Soyez aussi l’érosion. Nous sommes maintenant il y a 200 millions d’années. C’est l’arrivée des dinosaures. Nous sommes maintenant il y a 65 millions d’années. D’un coup, après 135 millions d’années de présence, les lézards géants disparaissent. Mais ceci est une autre histoire…Nous sommes à présent il y a 15 millions d’années. Nouvelles collisions, nouveaux plissements. Les Alpes naissent, les Pyrénées aussi. L’Ardenne se soulève. La Meuse creuse sa vallée. De votre doigt, creusez d’Est en Ouest, entre le massif du Brabant et celui du Condroz, le sillon que l’on nomme “ de la Sambre et de la Meuse ”. Nous sommes maintenant il y a 1 million d’années, l’homme entre en scène… Maintenant nous sommes ici, il y a 2000 ans, une forêt épaisse recouvre tout le paysage… Et puis, nous sommes aujourd’hui, ici, le .... Ensemble. Le temps est doux. Il est l’heure d’ôter les bandeaux ”…

Téléchargez le texte intégral en PDF !

- 2. Découverte et comparaison des résultats.

JPEG - 130.1 ko
Le résultat de toute l’histoire !

- 3. Si possible, observation du paysage aux alentours, ou des murs faits de roches de la région. Ou encore, rencontre avec un ancien mineur, venu témoigner de son métier si particulier.

JPEG - 203.4 ko
Rencontre avec F. Marlet, ancien ouvrier mineur dans une argilière du Condroz.

- 4. Explications scientifiques avec schémas et cartes géologiques à l’appui.

JPEG - 59.1 ko
Mise en relation avec la carte géologique

Formes d’intelligence

Convient à ceux qui aiment :
- acquérir des connaissances sur l’environnement (intelligence naturaliste-écologique) ;
- écouter une histoire racontée avec un peu d’emphase (intelligence musico-rythmique) ;
- imaginer mentalement (intelligence visuospatiale) ;
- procéder avec méthode, chronologiquement (intelligence logicomathématique) ;
- éprouver des sensations tactiles, s’exprimer par le geste (intelligence corporelle-kinesthésique).

- Sur le plan didactique : l’imagination est au service de la visualisation mentale et de la transposition gestuelle par la relation tactile avec les différents matériaux. Selon plusieurs auteurs, deux représentations par des canaux différents nécessiteraient d’élaborer des connections référentielles performantes, qui seraient en un second temps traitées en co-référence. Plus les dispositifs de présentations favorisent l’élaboration de connections, plus l’apprentissage devient important. Le fait de présenter les informations sous deux modalités différentes (ici, tactile et auditive) permet de diminuer l’effet d’attention partagée et donc la charge cognitive, par un double codage de l’information en même temps.

Conception du paysage : Nature.

Observations

Les participants incarnent tour à tour la mer, le vent, la pluie, les forces telluriques, les rivières, qui brassent, déposent, érodent, compriment, écrasent,... les différentes roches.

L’information donnée auditivement ne perturbe manifestement pas certains dans la traduction tactile. D’autres décrochent un moment, puis reprennent.

Réactions :
- "J’aime mieux la géologie ainsi que ce que j’ai appris au cours de géographie !"
- "J’aurais aimé ôter le bandeau de temps en temps, pour voir le paysage avant de le démolir à nouveau."
- "Moi, non, je préfère être restée aveugle. Cela m’aurait déconnectée."
- "Les premiers contacts avec la pâte étaient désagréables."
- "J’ai eu des difficultés pour identifier les matériaux, à gérer la quantité (-> stress), à ne pas se tromper de direction."
- "Mettre le nord près de soi désoriente.
- "Il m’est venu un tas d’images mentales, notamment en lien avec les livres sur l’évolution de la terre."
- "J’avais l’impression de participer à la création."
- "Je me suis projeté dans l’avenir : il pourrait y avoir de nouveaux plissements."
- "J’avais l’impression d’être dans un roman de sciences fiction puis lorsque j’ai entendu "Ardenne" et d’autres noms de lieux, j’ai eu le sentiment d’une chute vers la réalité et d’un stress : je dois retrouver mes connaissances."

Suite à cette activité, de nombreuses questions de savoir fusent de partout. La rencontre avec le témoin de l’ancienne activité d’extraction locale en a été fortement vivifiée. Elle a aussi permis d’entrouvrir une fenêtre très émouvante sur un passé pas si lointain, et pourtant tellement différent du monde d’aujourd’hui.


Pour citer cet article : Collectif, « Paysage modelé », in "Cadre de vie", répertoire d’outils créés par les formateurs de l’Institut d’Eco-Pédagogie (IEP), actualisé en février 2011
URL : http://www.institut-eco-pedagogie.be/spip/?article339






Forum de l'article